Structure simple pour savoir où vous orienter

Cessons le blabla. Vous pouvez apprendre 1000 techniques, mais si elles vous rendent confus au lieu de confiant, ça ne mène nulle part. Moi je dis: n’apprenez que ce que vous avez besoin d’apprendre.

Prenons quelques structures simples et classiques, car cela vous aidera à savoir quoi apprendre.

Par exemple, le bon vieux FMAC de Mystery, qui s’apparente au
EDA de Gunwitch:
Find, Meet, Attract, Close – Trouver, rencontrer, attirer, conclure. TRAC.

Trouver:
première des choses, c’est en sortant de chez soit qu’on trouve. Certains dragueurs avancés vous diront que c’est l’étape la plus difficile – ça c’est parce qu’ils recherchent quelque chose de très spécifique, ils n’ont pas besoin d’apprendre à gérer des sets ou d’apprendre à attirer etc, donc ils visent quelque chose de précis.

Dans le cas de Gunwitch, une grosse partie des logistiques tombent ici: fille solitaire, stationnaire, pas d’anneau de mariage, visage et corps attirant, habillée au moins un peu sexy (donc il y a une part d’envie déjàWinking, à un bon moment de la journée (pour pas tomber sur les travailleuses en pause du midi ou pressées de retourner chez elles).

Dans le cas de quelqu’un moins expérimenté, je recommanderais d’être moins capricieux ici.. Habituez-vous à approcher sans effort, ensuite commencez à raffiner les choses pour choisir des cibles de plus en plus propices, ce que vous apprendrez autant par expérience qu’en y réfléchissant (exemple des logistiques de Gunwitch, que j’utilise moi-même, par contre les filles que j’approche sont différentes des siennes car j’ai des goûts et des attentes différentes).

Étape primordiale, trouvez-en. En boîte, dans une librairie, à la fac, au centre commercial, même en ligne si c’est ce que vous pouvez faire seulement, mais si vous ne faite pas au moins cette étape, lire n’importe quoi est inutile. Faites au moins ceci avant de lire tout autre tactique ou méthode.

Rencontrer:
C’est une étape assez volatile. Ce sont les premières minutes, la vraie « drague », où vous commencez à lui parler et l’intérêt n’est pas encore établi, et n’importe quoi peut arriver. Cockblocks, une amie qui arrive, elle doit prendre son bus, etc.

Selon moi c’est ici que plusieurs dragueurs en herbe butent (quand ils ne butent pas à « trouver »Winking, en gros par manque d’expérience et politesse exagérée. Ce que j’entends c’est qu’au moindre signe d’hésitation, ils prennent les jambes à leur cou, au plus prennent un # alors que rien n’est établi fermement. Les flakes? Des millions à travers le monde à cause de ça.

Quoique vous faites, PERSISTEZ. Vous ne saurez jamais. Hier par exemple, après avoir parlé à une belle fille pendant une dizaine de minutes dans les rayons de livres sur le Japonais, je me suis rendu compte qu’il était temps de m’asseoir avec elle. Je suggère le café, elle semble incertaine. Pas grave, je lui fais signe de venir, je lui dit que je veux m’asseoir, et elle me suit.. Puis je reprends la conversation comme si tout était naturel, et elle embarque et se met à l’aise.

Prendre son # à cet instant aurait été un « suicide »…

Attirer:
L’étape clé de la séduction. Une fois que vous l’avez rencontrée, c’est maintenant le temps de la rendre à l’aise avec vous et de l’allumer sexuellement (ou en ordre inverse parfois, surtout en boîte de nuit où l’excitation compte pas mal plus que le confort).

C’est ici qu’on « apprend à se connaître », qu’on use des patterns si vous voulez, la chiromancie, la supposition du rapport, l’authenticité, la dominance, l’état sexuel. Qu’importe votre choix de méthode, mais le gros de la méthode se passe ici.

Attention encore, PERSISTEZ!!! Il peut y avoir des blancs, des interruptions (surtout en boîte), c’est pas le temps de vous sauver, vous avez déjà franchi le gros obstacle majeur, c’est-à-dire les premières minutes volatiles et souvent l’inconfort que les deux partis ressentent en faisant une nouvelle rencontre. C’est pas le temps de se sauver, ici. Alors continuez, ne reculez pas, les choses vont bien, si elle est avec vous c’est que vous faites quelque chose de bon donc avancez!!

En daygame, vous êtes assis dans un café ou sur un banc dans un parc, en day2 vous êtes dans le bar du coin (près de chez vous pour une isolation plus efficace) ou un café (idem près de chez vous), en nightgame vous avez dansé ou l’avez emmené loin de ses amies en utilsant l’excuse de la chiromancie ou du « hey viens voir ce que j’ai vu là-bas!). C’est le tête-à-tête. Si le kino n’a pas commencé, faites-en, surtout en nightgame. En daygame, ça peut attendre, atmosphère oblige!

Mais surtout, n’abandonnez pas!

Conclure:
Je répète: n’abandonnez pas!!! Trop trop trop trop trop de gens ici vont soudainement prendre son # et partir, en laissant leur imagination fantasmer sur la fille.. Pourquoi fantasmer quand vous pouvez rester quelques moments de plus avec elle et peut-être VIVRE ce fantasme dans le réel??

C’est ici souvent que la fille va dire « c’était chouette te rencontrer! » Eh oui c’était chouette.. Qu’est-ce que ça veut dire à part ça? Trop souvent je vois à ce moment là le gars (et même moi lol) interpréter ça comme un signal que c’est fini. Nah, c’est pas fini mes amis!!!

PERSISTEZ. Vous ne saurez jamais comment loin vous aurez pu aller si vous n’essayez pas. L’étape s’appelle conclure pas « pause publicitaire ». Surtout dans un environnement chargé comme une boîte, les émotions qui ont mené jusqu’à votre kino folle, ou à des baisers passionnés sur la piste de danse, vont disparaître bientôt, et ce # n’ira probablement nulle part..

Encore pire en daygame, c’est tellement hors de l’ordinaire, surtout si vous l’avez allumée sexuellement déjà et qu’elle est prête, imaginez ses sentiments de « oh mon dieu je suis une pute!! » par après quand elle va se remémorer l’événement… FLAKE FLAKE FLAKE!

Vaut mieux pousser, vous l’avez fait jusqu’ici. C’est le dernier kilomètre à franchir… Qu’importe la méthodologie que vous choisissez.

===================

Connaissant cette structure, où foirez-vous? Où est votre point faible? Identifiez la région, et travaillez sur ça avant de passer à autre chose.

Moi par exemple j’avais toujours eu de la difficulté à approcher. Même pas de la peur, juste des vrais problèmes psychologiques (mais rien de psychiatrique heureusement!). Étapes T en lambeaux. Pourtant j’ai essayé pendant des années durant de tout maîtriser en même temps… Comment est-ce que je pouvais même être à l’aise à tenter d’attirer une fille si je me bats intérieurement pour aborder?

Alors l’an passé je suis retourné en arrière et j’ai commencé à boucher les trous. J’ai fait des gros progrès, maintenant plus grands problèmes pour approcher, T ça marche, R au moins j’ai jamais été so gêné, je suis capable de parler et de me faire des amis, donc j’avais juste un peu de travail à faire du côté de R.

Maintenant je bouche mes trous dans l’étape A, le rapport encore pas gros problèmes, mais vu que maintenant je suis très à l’aise avec l’approche, je suis relaxé, mon état sexuel ressort bien plus, et pour l’allumer sexuellement ELLE, ça va déjà mieux. J’y travaille.

Quand j’aurais assez maîtriser cette étape, j’irai maîtriser l’étape C… Non pas que je me limiterai, bien sûr, si jamais ça va bien avec une je persisterai comme un malade faut s’entendre! Simplement, en me concentrant sur une étape à la fois, je vise vers la maîtrise, et chaque fille est de la pratique vers cette maîtrise, et je peux m’orienter dans mon apprentissage de cette manière.

En plus de ça, en gardant cette structure en tête, vous avez bien plus de liberté quand vous lui parlez que si vous avez « ok telle routine, ensuite tel pattern, ensuite je neg, ensuite je… oh merde elle vient de faire quleque chose d’imprévu! »

Imaginez si plutôt vous avez en tête « je suis à l’étape Attirer.. quand elle est attirée c’est le temps de l’isoler ». Bien moins de blabla, plus de « ressources » pour se concentrer sur elle, pour s’amuser dans la conversation et dans la rencontre, pour voir dans quel état ELLE est et ainsi pouvoir passer à la prochaine étape. C’est bien plus flexible aussi car vous pouvez réagir, vous pouvez garder le cap, vous pouvez introduire des nouveaux sujets et les dynamiques désirées. C’est adaptable.

J’aimerais entendre de votre part où vous en êtes…