approches

courir hors du café pour aborder

J’étais confortablement installé dans un café près de chez moi, à clavarder sur le clavardage de mASF après une soirée d’hésitation et de frustration.

En gros, plus tôt je m’étais installé à la sortie d’un supermarché avec le plan de dire « salut » à toutes les filles qui passaient. Ça n’a pas trop bien marché… Oops. Il y avait même cette touriste qui semblait perdue, et je n’ai fait que la dévisager jusqu’à ce qu’elle demande de l’aider à quelqu’un d’autre!! haha
Alors me voilà dans la salle de discussion de mASF, en train de parler de ma frustration, quand soudainement j’ai vu dehors une asiatique avec une boîte de
Colons au Matcha.

Parfait! J’adore les Colons. Me voilà avec mon opener! Je ferme hâtivement mon Macbook, je me dépêche à le mettre dans mon sac avec son chargeur en espérant que je n’oublie rien, puis je sors à toute vitesse afin de rattraper la dame aux Colons. Je la suis. Suis. Suis. Je la rattrape. Où est sa boîte de Colons? Disparue, déjà. Je lève mes yeux et je vois sa face laide. Shit. J’ai fait tout ça pour ça?????

Je la laisse partir. Et c’est là que je me rends compte que j’aborde plus facilement quand je remarque quelque chose d’intéressant! (Ce qui a enfin mené à ce que
j’ai écrit récemment à ce sujet). J’étais très content de m’en rendre compte, car étant conscient de ça (et en ayant pris note dans mon carnet), je pouvais y travailler et trouver des solutions.

En plus de ça, c’est fou comme la frustration me motive par coups! Tant que je ne me laisse pas démoraliser par ma frustration, c’est une source d’énergie qui me pousse de l’avant!


Je me retourne donc, et par grâce je remarque 2 asiatiques.. Une grosse et une grande et mince, et elles sont en train de regarder quelque chose qui se passe pas loin (j’avais déjà vu, et j’avais déjà pensé à m’en servir comme opener – une équipe de tournage en train de filmer– oui j’adore cette ville, ça arrive souvent!). En fait, en m’approchant d’elles, nous nous sommes tous parlé en même temps « sais-tu ce qui se passe ici? »

Moi je le savais, mais je leur ai dit « allons voir! »

Et comme à l’habitude, je leur demande « alors vous venez d’où? »

LE JAPON. HYAAAAAAAAAAA. Je leur parle un peu en japonais, ça les fait rigoler, elles sont très amicales! Nous parlons un peu, puis la grosse doit aller prendre son bus.. Alors je la retiens un peu, car au moins dans le but de pratiquer mon japonais (hahaha je ments, qu’importe leur look je voulais les baiser) je DEVAIS les rencontrer à nouveau!

Elles acceptent avec joie.. La grande repartait au Japon la semaine d’après, donc me voilà avec le numéro de la grosse…. Et je les laisse partir ensuite.

Je les rencontre cette fin de semaine-là, les deux.. Encore, une rencontre plutôt amicale, nous parlons beaucoup.. Mais rien de plus ne s’est passé. La grande est repartie au Japon pas longtemps après, et la grosse, et bien elle me fait toujours des excuses pour ne pas me rencontrer.

Tant mieux, on dirait qu’il y a des plus en plus de japonaises dans cette ville cet été, alors ceux deux-là sont sans importance!

Le lendemain, je l’ai fait encore, afin de suivre une autre asiatique jusque dans une épicerie. Je l’ai abordée, mais elle me semblait vraiment familière.. En tout cas elle n’était pas si amicale que ça. Ce n’est que par après que je me suis souvenu d’elle, une serveuse dans un bar au centre-ville où j’étais allé avec des amis quelques semaines plus tôt. hahahhah.

Les aventures continuent…

0 Comments

Pour que j’aborde plus facilement…

Comme j’ai découvert maintes fois au cours des dernières années, j’approche plus facilement quand je remarque quelque chose de spécial à propos d’une fille.

Ce n’est pas idéal, et j’ai cherché longtemps à faire sans dépendre là-dessus.. Mais ARGH! Assez. Comme j’ai discuté récemment, je préfère maintenant travailler selon la manière que mon cerveau fonctionne au lieu d’aller à son encontre en essayant d’être « idéal ». J’ai donc décidé d’appliquer cette histoire de « détail spécial » non pas pour n’approcher que les filles chez qui je remarque quelque chose de spécial, mais pour approcher plus souvent, et briser mon hésitation et mon cycle où je semble être bloqué depuis quelque temps.

Alors, c’est simple. À partir de maintenant je vais supposer que quoique ce soit que je remarque chez une fille, c’est un détail spécial et une raison suffisante pour l’aborder et lui parler!

  • asiatique? « Tu marches/t’habilles/parle comme une japonaise/coréenne/chinoise.. Est-ce que tu viens du Japon/Corée/Chine? » (vous voyez de quoi je parle?)

  • écouteurs d’iPod? « Quelle musique tu écoutes?/c’est le nouvel iPod? « 

  • sacs de shopping? « Shopping aujourd’hui?/Qu’est-ce que t’as acheté? »

  • aucune idée? « Il faut beau/pas beau/pluie encore hein? Finalement c’est l’été! »


Et ainsi de suite… Je prends le premier détail que je remarque et voilà ma phrase d’approche!

0 Comments

L’avantage…

Tu es ‘le prix’ (merde si c’est pas une mauvaise traduction, en tout cas ça me sonne bizarre&hellipWinking parce que tu es un homme.

Et que tu as le pouvoir. Le pouvoir d’approcher une fille.. deux filles.. dix… 20 dans une semaine. Et de leur proposer la baise (non je ne dis pas de le faire « hé poupée tu veux me sucer?? », c’est figuratif!).

Elle? Elle se fait approcher 20 fois… même 10 fois dans une année si elle est chanceuse!!! Et je parle d’approches sérieuses pas de « hé poupée tu veux sucer? ».

Et si elle est vraiment courageuse.. Elle va approcher un mec qui l’attire quelques fois tout au plus, et se heurter à un mec qui ne sait pas comment faire les choses ou s’imagine que tout est joué et devient trop arrogant…

Tu commences à voir comment tu es « le prix »? Pourquoi tu as l’avantage sur elle? C’est une superbe chance que tu leur offre, à chaque fois… Car elles en ont très peu de chances de ce genre. Quitte à elles de la saisir ou non… Car toi tu ne perds rien si elle refuse! Tu n’as qu’à offrir à la prochaine!

0 Comments

Mes premières approches depuis mon retour au Canada…

Le jour précédent suçait – je suis allé au Wal*Mart local (je vis en banlieue d’Ottawa), et il n’y avait pas grand monde d’acceptable . Tout de même, je décide de mettre à l’épreuve ma croyance à propos du temps de fêtes:

Tout le monde est triste et déprimé, comme si le magasinage et l’hiver serait trop stressant – il me semblait que Noël devrait être un temps de réjouissance???? Alors moi, étant rarement stressé ou triste, j’affiche mon bonheur encore plus que d’habitude. Mes yeux sourient, et même parfois ma bouche. Je parle à des gens partout en étant jovial, au-delà du simple « bonjour j’achète ceci SVP, merci joyeux noel » sur le ton monotone que tout le monde emploie.

Et ça fonctionne. Les gens s’ouvrent à moi, ceux à qui je parle sourient eux aussi.
Non seulement je fais ça parce que c’est Noël, mais aussi parce que ça fait environ 3 mois que j’ai pas approché pour diverses raisons (voyage au Canada avec HBSumo, mon déménagement au Canada, et j’ai été malade pendant environ 2 mois). Je me sens bien depuis hier, alors c’est le temps de prendre avantage de mon statu SANS EMPLOI et de faire des approches avant que je ne me trouve un emploi


Après mon réchauffement, et avant de rencontrer mon wing, j’ai commencé le « travail »:

Approche #1 À la pharmacie, je parcours un peu les rayons puis je vois une belle asiatique, avec un manteau d’hiver très flatteur sur sa forme. Je contourne le rayon pour approcher de l’autre direction (parce que trop de monde de son côtéWinking, et je flotte autour. Elle semble très concentrée à parcourir des produits et donc le flottement ne fonctionne pas trop, donc j’emploie une tactique secondaire de flottement inspirée par Neo-Rio: je « me parle à moi-même », mais assez fort pour qu’elle m’entende… Je me dis donc « il y en a bien trop de crème pour le visage! »

Et comme prévu, elle me répond!! Nous parlons un peu de crème, puis comme elle a passé plus d’une minute à me parler je me dis qu’elle est intéressée, donc je lui demande d’où elle vient. Ça ne manque jamais (je m’en fous de ce que tous les autres disent à propos de cette question, de ne pas demander de questions, etc, c’est nucléaire pour commencer le RAPPORT!)
Elle vient de la Corée du Sud. Cela explique son mauvais anglais rrrowr c’est exactement comme ça que je les aime mes asiatiques!!!!!!

Elle vient tout juste de déménager en ville. Parfait. Je me souviens avoir lu il y a longtemps, de Ross Jeffries ou David Deangelo qu’il est bon de rencontrer des filles durant des périodes de changement dans leur vie (nouvelle école, déménagement, nouvel emploi, etc). Elles sont alors pas mal plus ouvertes à recevoir des nouvelles expériences épatantes.. Et puis, je ne vois aucune autre raison pourquoi une coréenne aurait déménagé au Canada, sinon pour « étudier l’anglais » ce qui revient à dire « rencontrer des garçons canadiens ».

Mon wing m’interrompt en me téléphonant, il est arrivé au point de rencontre et je suis en retard
Je lui raccroche au nez quand je remarque que la coréenne s’éclipse.. ET je prends vitement son numéro, pour se rencontrer d’ici quelques jours.
Approche #2: Dans le Chapters (grande libraire, style FNAC mais pas de DVD ou musique), je rencontre mon wing, nous discutons un peu en marchant pour voir les « clientes ». Je remarque une belle asiatique habillée en noir, assise dans un coin en train de lire. Hmmm j’aurais peut-être dû être plus direct dans mon approche, mais quelque chose me semblait juste incongruent à le faire de cette manière.

Je ramasse le livre de Leil Lowndes qui traînait pas loin d’elle, « 
How to talk to anyone » et comme par magie je l’ouvre à la page « comment parler à une femme » et je me mets à lire à voix haute. Aucune réaction de la part de l’asiatique. Mais soudainement je m’en fous d’elle, car je vois au loin une asiatique beaucoup plus belle, sans même hésiter je dépose le livre, je dis « HYAAAAA » et je me rue vers elle… Seulement pour la perdre de vue. Mais avant de prendre la décision de revenir à celle dans le coin, j’en remarque une autre..

Elle marche de rayon en rayon, et je la suis
Encore je me positionne pour l’approcher de côté et non de derrière, en remarquant du coin de l’oeil qu’elle a un petit papier post-it avec beaucoup de texte dessus. Je remarque qu’elle m’a regardé, alors je tourne la tête vers elle et je lui dis que sa liste de magasinage de Noël est longue!!!

Une LONGUE conversation s’ensuit.. Presqu’une heure!! Elle parle sans arrêt!!!! On parle de tout et de rien. Elle est Filipinoise, enseignante d’école et de gym… Rooowwwwwr! Difficile à voir à cause des gros manteaux d’hiver que nous portons, mais je suis sûr que son corps emmitouflé devrait être à la hauteur. Je commence à penser que je devrais aller m’asseoir avec elle, mais cela me distrait de la conversation. J’aurai du temps plus tard pour pratiquer cette étape, je suis encore à me réhabituer à faire des approches!!

Enfin, son fiancé se pointe. Un gros AFC canadien, il doit être bien heureux d’avoir une si jolie copine… Nous parlons un peu, lui s’efface beaucoup, et finalement ils doivent y aller. Alors elle me demande mon adresse d’email, juste en avant de lui!
étours inattendus">Ça me semble familier cette histoire…. Je n’ai pas pris la peine de prendre son adresse, ce sera à elle de décider de ce qu’elle veut faire si elle s’ennuie avec Mr Right..

Le rapport entre nous était bon, peut-être TROP bon? C’est peut-être un moyen inconscient de minimiser son état sexuel, en fait je trouver difficile moi-même d’entrer dans cette état alors qu’elle me lançait un barrage d’opinions et de sujets.

Approche #3 Au centre d’achats, je remarque 2 asiatiques, dont une qui a une immense caméra accrochée à son cou, dans le style des touristes américains. Je les perds de vue, mais je les retrouve pas longtemps après, près des restos… Mon wing et moi les suivons, puis elles ralentissent et je peux les rattraper, je les dépasse presque mais en me « tournant la tête » je « remarque » sa grosse caméra et je m’exclame « wow grosse caméra!! Je croyais que tout était en train de se faire miniaturiser! » Je m’améliore avec ces approches spontanées. Nous parlons un peu, mais je tire un blanc et ne sais plus quoi dire, puis elles s’en vont.

Celle avec la caméra était vraiment cute, une étudiante coréenne, et son amie venait directement de Corée, pour la visiter. La preuve: son visage plein de boutons
.
J’aurais probablement pu me remettre à parler et les retenir puis arriver à quelque chose.. Mais.. Je les ai laissé partir. Oops.

Approche #4: Après tout ça (et quelques autres approches que j’oublie, elles ne doivent pas être si importantes que ça je suppose), nous nous mettons en route vers nos autos… À une intersection, en pleine tempête de neige, alors que nous attendions que le feux pour les piétons tourne au vert, une belle blonde arrive derrière nous. Sourire, contact visuel.

Mon wing a été le premier à la voir, mais j’ignore pourquoi il refuse de lui parler… Il hésite! Alors je me tourne la tête et je lui lance un « merde j’espère que tu ne vas pas conduire dans cette tempête! » Elle dit non, et nous demande si nous on va devoir conduire.. Je dis oui, elle demande vers où, vers l’est, et elle nous dit qu’elle habite pas loin.

Et nous nous éjectons!!! ARGH WTF lol.. Peut-être trop fatigué. Du beau rouge à lèvre, des cheveux frisés, un beau petit chapeau à la mode, et très amicale…. Ooops!

Conclusion
Quand même pas si pire pour mes quelques premières approches à Ottawa depuis mon retour d’Europe. Je vois l’évidence que mon séjour à Londres m’a beaucoup aidé, j’ouvre plus facilement et avec plus de confiance (il en faut à Londres, une ville où tout le monde se conditionne à ignorer son environnement plein de distractions! Et puis les gens sont si amicaux au Canada en comparaison..)

J’ai aussi confirmé à nouveau que le flottement FONCTIONNE, encore mieux ici qu’à Londres. C’est vraiment puissant, et ça me désole toujours de voir des gens qui me disent que c’est de la merde comme tactique. Tant pis pour eux

0 Comments

2 approches moches, 1 leçon importante

LOL! Ces deux approches étaient vraiment minables, mais elles démontrent UNE chose en particulier: aborder une femme c’est une chose, mais la persistance est bien plus importante. En autres mots, il faut enchaîner immédiatement, plutôt que d’attendre qu’elle continue la conversation d’elle-même, sinon c’est « bizarre ».

  • De retour dans la même librairie, je me dirige vers une table remplie de livres, et je remarque que ce sont des livres de recettes. Il y a une femme orientale à côté de moi, alors je lui fais le commentaire « tiens, il y a des livres de recettes ici aussi? Il y en a sur tous les étages maintenant! » Elle rit et me répond, je lui dis que ces livres me donnent toujours faim, elle me dit qu’elle les achète tous tellement ça a l’air bon.. Nous rions un peu de ça, et je me tais. Oops. Elle reste autour de moi, me regarde du coin de l’oeil une fois ou deux, mais encore je ne dis rien, puis je décide de passer à la prochaine approche (mon excuse? Pratiquer d’autres approches plutôt que de persister sur une femme qui ne m’intéresse pas trop). Je la quitte donc, elle me regarde furtivement alors que je monte l’escalateur, puis plus tard elle me voit et évite aussitôt le regard. Il y avait vraiment cette impression de « bizarre » dans ce regard, ce qui me prouve encore qu’approcher n’est PAS bizarre, mais se taire et ne rien faire, ça c’est bizarre. Leçon importante, qui me rappelle ce que j’avais remarqué chez mon ami epitome il y a quelques années, sa grande force dans la drague c’est qu’il fait toujours la supposition qu’une femme qu’il approche désire lui parler, et donc il n’hésite pas à enchaîner sur une discussion quelconque aussitôt qu’il l’a abordée.

  • Celle-ci était encore pire! Au 1er étage, je remarque une belle asiatique qui parcours des livres dans la section « 3 pour 2″, je m’approche d’elle et elle s’accroupit pour voir les livres qu’il y a sous la table. Aussitôt, je lui dis « whoa, j’avais pas remarqué qu’il y avait des livres là-dessous! » Elle me regarde croche, et au lieu de continuer à lui parler je me tais, ce qui a créé ce moment maladroit entre nous deux, qui s’est terminé par un silence et par elle qui s’est éloignée de moi… Oops. Même leçon haha. Si j’avais enchaîné sur quelque chose aussitôt, ça se serait peut-être mieux passé. OU BIEN elle n’était vraiment pas une femme approchable, ça arrive parfois qu’une femme n’est tout simplement pas en mesure de comprendre ce qui se passe, ou qu’elle est mariée/en amour/ou quoique ce soit. Au moins j’aurais pu le découvrir en enchaînant, au lieu d’essayer de deviner. Tant pis. Je ne m’attarderai pas sur son cas, vu que la majorité des femmes que j’approche réagissent pas mal mieux qu’elle, alors l’anomalie c’est elle!

Voilà en gros. Enchaîner et persister c’est très important, et pour le moment ce qui est encore plus important c’est que je deviens très confortable avec le flottement (décrit dans La voie de Gun sur le 2e disque). Je note aussi qu’avec le flottement j’obtiens en général des biens meilleures réactions qu’avec une approche soudaine où je surgis de nulle part.

En gros, deux approches minables, mais avec une leçon importante! Je crois simplement que ce jour-là, je ne me sentais pas à la hauteur, je voulais me reposer, mais je suis sorti quand même, et j’ai quand même fait un petit effort, mais je n’avais pas assez de motivation pour arriver à des résultats DONC je n’ai pas poussé pour ces résultats. Ça me rappelle la 2e raison dans cet article,
3 raisons qui expliquent le manque de succès avec les femmes. Et c’est exactement ça – cette journée, je n’avais aucune intention de baiser, et donc je n’ai pas fait d’effort!

0 Comments

Après un mois sans action…

Ça fonctionne. Je suis vraiment vraiment heureux du travail que j’ai fait. Rien d’incroyable comme rapport aujourd’hui, simplement une confirmation que le travail interne que j’ai fait tout au long de l’année porte véritablement fruit!

Vous voyez, dans le passé, à chaque fois que je tombais malade et que je revenais sur le terrain par la suite, c’est comme si j’avais perdu une grosse partie de mon progrès. J’étais capable d’approcher, puis soudainement après que je sois remis de ma grosse grippe, plus rien. Pour des semaines parfois! Et ça me frustrait!

Alors je me sentais bien, ce jour du 30 août, et je suis sorti pour aller rencontrer des filles, pour la première fois en un mois! J’ai pataugé pendant peut-être une heure et demie avant de me rendre compte que Je répétais les mêmes patrons que par le passé: marche incessante, voir quelques belles filles et hésiter puis les laisser partir, et ainsi de suite.

Une fois remarqué ça, je me suis arrêté. J’ai même pris note dans mon calepin pour m’assurer que je m’en rappellerais que je devais arrêter de répéter les anciens comportements qui me causent du tort. Et évidemment pour prendre note de ma décision d’arrêter et de faire quelque chose de différent. Pas eu besoin de re-consulter mes notes des derniers mois, je savais quoi faire:

  • arrêter de m’attarder sur mon inaction. C’est facile maintenant, beaucoup plus facile qu’il y a quelques années (où une telle inaction m’aurait frustré et paralysé pour le restant de la journée).

  • m’extérioriser: ok oui j’étais en sortie avec mon wingman, pour une fois un wingman avec qui je peux parler de toutes sortes de choses, pas seulement des femmes haha!. Chose intéressante, les premières fois que je l’ai rencontré cet effet d’extériorisation (en autres mots, au lieu de naviguer dans mes pensées je me mets plus bavard, et je fais conversation avec d’autres personnes) s’amenuise, vu que je le connais mieux. Alors j’ai foncé vers Chinatown et j’ai commencé à parler à quelqu’un, aléatoirement, puis dans une boutique chinoise j’ai parlé à une fille (juste une phrase, mais c’est important parce que ça me fait démarrer!)

  • continuer à faire des commentaires en passant, sur la rue, en me dirigeant vers une libraire…

J’étais donc prêt. Je suis plongé vers la grande librairie sur Oxford Street, et aussitôt en y entrant je remarque une asiatique HYAAAA! qui parcours les livres « recommandés ». La 2e chose que je vois c’est, juste en avant d’elle, un livre traitant de Russel Brand, et j’exécute un flottement rapide en me disant « HÉSITE PAS » – donc je n’ai pas attendu qu’elle me remarque, rien, j’ai ramassé le livre sur Russel Brand et je lui ai demandé s’il était populaire en Grande-Bretagne.

Contact visuel minable, tant pis, la conversation s’engage quand même. Elle parlait très bien l’anglais, et je lui demande d’où elle vient, combien de temps ça fait qu’elle est ici, et nous parlons un peu de Russel Brand et de certains gars que j’ai vus qui s’habillaient exactement comme lui (uhghhh!). J’hésite un peu, je deviens silencieux, elle a visiblement attendu que je reprenne la conversation mais je n’ai rien fait alors elle s’est excusée.

ALRIGHT!!! Premier flottement effectué, première vraie approche de la journée effectuée. Même pas une heure après avoir remarqué et décidé d’arrêter mes mauvaises habitudes.

J’ai ensuite continué à me promener dans la librairie, à l’affût de cibles potentielles. J’ai flotté autour d’une belle slovakienne aux cheveux noirs qui ressemblait un peu à
Christina Ricci, mais j’ai TROP hésité. Cela est arrivé 3 autres fois que j’hésite, et donc ma frustration grandissait.. Je n’ai pas analysé pourquoi j’hésitais, j’ai décidé plutôt de ne pas m’y attarder, de lancer quelques conneries à mon wingman, puis une fois calmé je lui dis d’approche cette même fille qui ressemblait à C. Ricci tandis que moi j’avais remarqué une belle asiatique dans la section des langues…

Évidemment, la slovakienne était LA cible parfaite cette journée-là, comme mon wingman a prouvé en l’approchant, persistant et allant boire un café avec elle (j’ignore la suite)…

J’ai approché l’asiatique, qui parcourait des livres pour apprendre le français.

Après avoir flotté un peu, je m’exclame soudainement, mais calmement, « il y en a tellement à choisir, on ne sait pas quel prendre! » Elle rit, me répond, et la conversation est entamée! Très vite elle me pose des questions, et nous parlons de langues, du Japon, etc. Tout semble bien aller, jusqu’à ce que son amie arrive, monotone et sans vie. Évidemment pas contente de cette situation… J’essaie un peu, mais sans grand effort, de l’impliquer dans la conversation, mais ça ne mène pas à grand chose, et je perd mon désir de continuer et de persister alors je les laisse aller.

Pas si grave, elles ne faisaient que passer par Londres durant un tour de l’Europe, et je ne me suis pas donné la peine de prendre des informations de contact (je veux arrêter de le faire, car mon but est de développer mes compétences, jusqu’à une séduction complète le même jour, sans passer par des rencards)
Et voilà! Même si les deux approches n’ont pas mené à grand chose, ce que je retiens surtout c’est que mon travail porte vraiment fruit, et que je suis aisément capable de me ressaisir et de me remettre à la bonne place, mentalement, et de surmonter mes hésitations beaucoup plus facilement que par le passé!
Et j’adore toujours les asiatiques HYAAAAA!!!

0 Comments

Détours inattendus

Parfois il y a des détours inattendus qui surviennent, qui peuvent nous laisser étonné, surpris, et bouche-bée. Aujourd’hui un tel événement est arrivé.

Gestion de mes états d’esprit

Cette journée a commencé plus ou moins comme la dernière. Un peu d’hésitation, un peu de marche superflue. Je me ressaisis plus rapidement que la dernière fois, en décidant de retourner à la même librairie et de voir ce que je peux y trouver. Disons que je croyais au début que mon sex drive était bas aujourd’hui, mais la suite m’a prouvé le contraire…

Premier flottement non réussi

Cette fois, des couples seulement autour des livres de recette à bas prix. Tant pis. Je passe quelque temps près des livres de self-help, et je remarque une femme seule en train de feuilleter des livres de jardinage. Je me positionne à un certain angle afin de l’observer pendant quelques instants pour voir si elle me donne envie et voir ce qu’elle fait exactement. Bonne chose: son copain la rejoint quelques instants plus tard.

Je continue ma recherche tout en faisant semblant de feuilleter un livre sur les
Darwin Awards. Je remarque une femme qui me semble asiatique en train de fouiner dans les livres de « Anglais, langue seconde ». Elle tourne sa tête un peu et je remarque un beau visage asiatique. J’ai le flair pour les déceler à distance, HYA!

N’ayant aucun problème tant dans la langue française que la langue anglaise, je m’approche d’elle quand même dans la section d’apprentissage de la langue anglaise. Elle est grande, mince, et son visage est encore beau en l’observant du coin de l’oeil et en étant plus près. Mmmmm. Je remarque un livre « Comment éliminer votre accent » et décide de l’aborder en faisant un commentaire sur le fait que je trouve déplorable de vouloir éliminer son accent… Mais j’hésite.

Je me souviens maintenant qu’epitome m’a déjà mentionné, en m’observant, que parfois quand je flotte je deviens TROP absorbé dans le matériel et j’oublie le but lui-même, qui est seulement de prétendre que je suis là pour (livre, marchandise, etc) et pour attirer son attention. C’est exactement ce qui s’est passé ici – le livre était en fait très intéressant LOL. Je finis par m’éjecter à cause de l’hésitation extrême.

L’approche – HBAmbitieuse

Un peu déçu, et voyant beaucoup de couples, je continue à regarder la foule (c’est samedi après tout), mais je ne vois rien d’encourageant. Ni dans la section fiction… Je suis patient. Je suis un chasseur, un sniper, pas un clown ni un super-héros.
Ma patience porte fruit: je remarque une chinoise dans.. dans la section « do it yourself ». Je remarque de loin qu’elle a un gros panier rempli de livres à propos de la construction, des outils, des maisons. Ce n’est pas une femme typique. J’hésite. Je me retourne et regarde s’il y en a d’autres, mais je me dis « hey pourquoi je cherche, il y en a une juste là! ». Je reviens donc, je remarque un livre à propos des collections de pièces de monnaie mais je l’ignore (je me souviens de la situation précédente..)

Je m’approche d’elle. Je jette un coup d’oeil rapide sur son panier, ce qui confirme ce que j’ai vu de loin. Elle me jette un coup d’oeil, et je la « remarque » et lui dis « salut! » Elle sursaute un peu alors que je lui demande « tu comptes construire ta propre maison? » Elle s’excuse d’avoir sursauté car je l’ai surprise (visiblement faux, mais tant pis), puis nous nous mettons à nous parler.

Je ne sais pas si elle a lu des manuels de drague, mais ce qui suit m’étonne beaucoup.. Et la fin encore plus:

Drague mutuelle?

Elle s’introduit en premier puis me demande mon nom. Conversation normale, d’où viens-tu, que fais-tu ici, belle météo, etc. Elle semble ambitieuse, elle a toutes sortes de projets. Merveilleux. Et elle est belle! Je continue à lui parler en me tournant un peu vers elle et faisant du bon contact visuel.

Après un certain temps, elle sort de la section « do it yourself », et comme de rien, je la suis. Je ne la laisserai pas partir si facilement! J’allais lui suggérer d’aller s’asseoir quelque-part quand soudain..

« Tu viens prendre un café avec moi? »

C’est ELLE qui l’a suggéré, pas MOI!

Elle connaît la méthode Gunwitch, ou quoi? C’est le plan exact de la méthode!
Nous trouvons une table, mais sans chaise. En homme viril, je me mets à demander à des sets si leurs chaises sont libres, et je finis par en trouver une. Je me retourne, et elle aussi est en train d’en demander à d’autres personnes. MAIS QUI EST CETTE FEMME MERVEILLEUSE??? HYAAAA

Nous nous asseyons, nous allons à tour de rôle acheter notre café (chacun paie pour soi, aucune discussion là-dessus). Et nous parlons. De la Chine, du Canada, de la construction, du café, et je ne sais plus quoi d’autre.
Supposition du rapport acquise à 100%. Et puis je me décide à me concentrer un peu sur ma projection d’état sexuel. Ça ne marche pas trop bien au début alors je me reconcentre sur la conversation, avec l’intention d’essayer de ressentir un état plus sexuel un peu plus tard. Je la fixe plus dans les yeux et je ralentis mon discours un peu et je rabaisse le ton de ma voix. Au moins c’est un début. Et puis ensuite je prends contrôle de son esprit…

Figure d’autorité

Il s’avère qu’elle s’intéresse à la psychologie. Eh bien quelle coïncidence, moi aussi! Quoi, vous ne saviez pas? Que pensez vous que c’est, la séduction hihihihihi. Nous parlons de quelques concepts de base, et je décide de me placer comme une figure d’autorité dans son monde. Je commence par me mettre en accord sur quelques concepts de base, mais j’ai quelque chose en tête.. Nous parlons de Maslow, du langage corporel, du contact visuel, etc..

Et je lui lance ma bombe: je lui dis que tout ça, c’est du passé. C’est des années 70. Je commence à lui parler de neurologie, d’états d’esprit, de projection d’états d’esprit, que ces choses rassemblent encore plus d’infos que de se concentrer sur les petits détails de langage corporel.

Sans le vouloir, mais en le remarquant sur le fait, je lui lance un patron et elle se met à avoir le look DDB (Doggy-dinner bowl: un look où elle est totalement 100% absorbée par ce que je dis, fasciné, voire hypnotisée). En lui expliquant ces choses, je fixe mon regard dans le siens, j’ai une voix grave et masculine et relaxe, et je lui plante des suggestions du genre, « quand quelqu’un regarde l’autre dans les yeux, et se trouve absorbée par ce qu’il dit, et qu’elle commence à ressentir les mêmes émotions qu’il ressent »… et ainsi de suite. Je ne me souviens pas de grand chose de cette phase, car je m’hypnotisait moi-même haha.

Pendant ce temps, elle semblait vouloir consciemment contrôler son langage corporel, et se redressant, et en changeant ses expressions faciales. J’ignore pourquoi. Peut-être pour contrôler son propre état d’esprit. Qui sait? J’ai ignoré ce fait et j’ai continué à lui parler.

Maintenant, je ressentais vraiment fort mon état sexuel. J’étais prêt à persister et aller jusqu’au bout, aujourd’hui même.

Le revers, et l’événement inattendu (comme s’il n’y avait pas assez d’inattendus déjàWinking

Son copain se pointe. Un italien musclé, au gilet rose et au contact visuel minable. Gêné, en plus. Elle nous présente l’un à l’autre. Je reste impassible. Je me dis, c’est pas normal, je vais aller aussi loin que je le peux pour voir ce qui se passe.

Je rejoue les mêmes cartes avec lui. Questions de base, supposition du rapport, quelques sujets de conversation banale. Elle n’arrête pas de lui dire que je suis drôle et merveilleux. Wow. Elle n’arrête pas de dire qu’il faut qu’elle me voie encore. Lui il bafouille un peu, mais je finis par le mettre à l’aise aussi, et bientôt nous parlons entre homme tandis qu’elle s’éclipse pour répondre à un appel téléphonique (son autre copain?). Qui dit que Gunwitch n’enseigne pas à gérer des groupes, des prétendants, des copains? LOL. C’est tout simplement mieux quand ils ne sont pas là.

Alors bientôt, je me décide que c’est fini.. Ils se font des yeux entre couple, du genre « on reste ou on pars? » Je le remarque. Je leur annonce que je vais les laisser seul partager un (dernier?
) moment intime. Et là, le plus inattendu, elle me lance le script classique de Ross Jeffries (a-t-elle lu des manuels de drague?):

« Dis, je me suis bien amusée à te rencontrer, y a-t-il moyen que l’on puisse rester en contact et que l’on se rencontre à nouveau? »

Rappel:
SON COPAIN ÉTAIT JUSTE LÀ

Ne sachant trop que faire, je suggère que l’on s’échange nos adresses de courriel, ne voulant pas risquer de problèmes de téléphone (copain répondant au téléphone etc). Elle accepte avec joie, et je leur donne un bon au-revoir à tous les deux, avec du bon contact visuel pour ré-affirmer ma dominance comme manoeuvre de sortie (qui sait, aucune idée si c’est bien de le faire, mais ça me semblait être une bonne idée sur le moment).

Il n’y a maintenant que deux issues possibles, selon moi: soit elle est tellement allumée sexuellement qu’elle va avoir une session de sexe incroyable avec son copain ce soir et qu’elle m’oublie, soit je l’ai tellement séduite que notre prochaine rencontre va se terminer par une session de sexe incroyable entre elle et moi, en supposant que nous puissions trouver un moyen de contourner le plus gros problème de logistique: elle habite avec son copain, j’habite avec ma copine.

Est-ce que ock aurait trouvé son égal féminin?
À suivre…

0 Comments

4 approches utilisant le flottement

Motivations qui me poussent à écrire des rapports de la manière que je les écris

Bien que ce FR concerne 4 approches, il commence bien avant. Je crois personnellement que pour bien raconter un rapport de sortie (FR, tout court, pour tous ceux qui ne connaissent pas les acronymes anglophones comme « Field Report » ), il est bien d’inclure le contexte, les processus mentaux en cours, ainsi que les buts et les outils utilisés. Plus utile selon moi que d’inclure des longs passages de conversation, car le contenu lui-même de la conversation ne servira pas à grand chose (et franchement, c’est dynamique et fluide, non pas planifié en avance, et je ne me souviens pas de grand chose du côté verbal).

Non seulement cela pourrait aider quelqu’un à apprendre, non seulement cela aide à comprendre le rapport lui-même, mais je peux m’y référer plus tard afin de comprendre ce que je faisais lorsque je réussis bien. Et comme j’ai
mentionné quelques fois déjà, j’ai toujours eu de la difficulté à approcher, ce qui fait que pour moi ces progrès sont incroyables et je dois absolument me souvenir de ce que je faisais sur le terrain – encore une fois, une bonne raison pour laquelle j’apporte presque toujours un calepin avec moi. Et à défaut d’avoir ce calepin, j’ai toujours le « bloc notes » sur mon téléphone portable…

Contexte et événements qui ont précédé les approches

J’ai donc commencé l’après-midi avec assez de lenteur. J’entre dans la libraire et je tente un peu de flottement, mais ça n’a mené à rien. J’hésitais trop. J’en suis donc ressorti, en réfléchissant un peu à ce que je pourrais faire, et je me suis dit pourquoi ne pas me désensibiliser un peu ou me forcer à m’ouvrir (étant solo cette fois, mon état d’esprit était plus « intérieur »Winking. Je vais marcher sur la rue un peu et tenter de parler à des femmes, encore sans succès.

Ensuite, je me mets à tenter de les suivre jusqu’à ce qu’elles s’arrêtent, mais encore, trop d’hésitation (à Londres, il est très habituel de marcher sur de longues distances avant d’arriver à destination, ce n’est pas comme dans ma ville natale ou des villes plus petites). J’écris donc dans mon calepin « Arrête de les suivre, arrête d’essayer des cibles mouvantes, tu perds ton temps et tu le sais! » C’est le temps de me re-concentrer. Je décide de revenir vers la librairie, et en chemin je décide de m’ouvrir un peu. J’achète du thé vert, et avant de quitter la boutique je fais quelques commentaires à la caissière, puis je pars. En chemin, je fais quelques commentaires à des personnes, en obtenant des bonnes réactions (rires, réponses). Je me sens bien.

J’arrive à la libraire à nouveau, et je remarque plusieurs asiatiques. Excellent. Fort de ma bonne humeur et des bonnes réactions obtenues, je me mets à flotter autour d’une asiatique dans la section des livres de recettes, mais j’hésite. J’ai une phrase en tête, mais trop tard elle s’en va.

Le jour précédent, je me souviens, j’ai vu une femme super hot et sexy et belle. Ça faisait longtemps que j’avais eu une telle réaction. Mon coeur battait fort, ma respiration était difficile, et je tremblais! J’ai flotté autour d’elle, mais trop longtemps, puis elle a fini par quitter la libraire. J’ai écrit deux pages à propos d’elle dans mon calepin, afin de me souvenir de la frustration ET de l’état dans lequel j’étais, un état d’excitation totale. C’est une bonne chose quand même, car cela a signifié pour moi que mes blocages avaient complètement disparus!

Alors je me souviens de cet événement et je n’abandonne pas. Je flotte autour d’une autre femme, et encore j’hésite trop. Je commence à être frustré, mais je ne démords pas: au lieu de me laisser abattre par cette frustration, je l’utilise pour me propulser de l’avant. Enfin, je remarque une asiatique dans la section des langues étrangères. Moi qui veut apprendre le japonais, je trouve la situation parfaite. Je m’approche et je remarque qu’elle regarde des livres de japonais et de coréen! J’hésite un peu et puis….

Approches

  • Je flotte autour d’elle pendant quelques instants, mais elle ne me fait pas attention. Elle semble nerveuse, car elle bougeotte beaucoup, prend un livre et regarde quelques pages à une vitesse égalée seulement par Data, et puis le replace et en reprend un nouveau aussitôt.Pas grave. Je me dis intérieurement, plus ou moins: « ARGH! Ça fait 2 fois déjà que j’hésite, et puis il y avait celle d’hier qui était si hot.. Il FAUT que j’apprenne à approcher correctement, je m’en fous sur QUI, afin que j’hésite moins lorsqu’il y en a des très belle!!! ARGHHHHH! » Boom je me mets à lui parler (en lui demandant si elle lit si vite que ça, c’est inhumain!). Elle est très nerveuse quand même, et je m’en fous d’elle: trop jeune, boutons, etc. Puis son copain la rejoint, mais notre conversation était déjà finie à ce point.

  • Extase. Ma première approche du jour. Et dire que j’avais l’intention d’abandonner pour ce jour et de revenir chez moi après avoir écrit dans mon calepin que je devrais arrêter de me concentrer sur les cibles mouvantes. Je suis heureux d’avoir persisté. Je continue donc à observer la libraire et trouver des cibles adéquates.Je vois une asiatique grasse. Je me dis, pourquoi pas, je vais l’approcher pour faire plaisir à mon ami epitome qui adore les grosses asiatiques. Mais tandis que j’observe pour voir où elle va, je vois une asiatique bien plus belle (que voulez-vous, j’adore les asiatiques!). Je m’approche vers elle, puis je vois son copain. Je me retourne donc vers la grasse. En chemin par contre j’en croise une autre: devinez où? Les livres de recettes. C’est ma chance, le temps de me racheter pour les 2 hésitations plus tôt! Je flotte autour d’elle et je me mets à feuilleter quelques livres de recette. Toujours elle ne me regarde pas, tant pis je décide de foncer quand même: « tiens, est-ce que ça te donne faim toi aussi quand tu parcours ces livres? » Elle rit (encore comme dans mon dernier rapport, un rire de soumission face à ma volonté d’approche, plutôt qu’un rire dérisoire contre moi). Je ne persiste pas et elle s’en va.
    Mon coeur bat de joie! DEUX approches. Je décide de continuer, même s’il commence à se faire tard.

  • Je me dirige vers les rayons de livres de médecine et de « self-help », car l’asiatique grosse est en train de parcourir ces livres. Mais avant que je ne puisse l’approcher, une grande noire dans la trentaine se place entre nous. J’entends un enfant chanter « spider-pig, spider-pig! ». Je ris dans ma barbe, elle lève les yeux et je lui dis « C’est populaire cette chanson on dirait? C’est la 3e fois aujourd’hui que j’entends un enfant la chanter! » Elle rit (même manière que les fois précédentes), je fais un commentaire sur un livre, puis elle s’en va. Je n’ai pas persisté. La grosse asiatique est maintenant de l’autre côté des rayons, et je me prépare à marcher vers elle…

  • … Mais j’en remarque une bien plus belle, juste derrière moi. Elle ramasse un livre avec un titre compliqué. Je vois qu’elle est dans la section des livres de médecines, des examens d’infirmières et de docteur. Ahhh une étudiante. Je flotte autour d’elle. Aucun signe de sa part. J’attends quelques instants, puis je vois du coin de l’oeil qu’elle replace le livre sur le rayon.J’en profite en faisant semblait que cela m’a fait la remarquer, et je lui demande qu’est-ce que le titre veut dire (NCLEX-NR? quelque chose du genre). Nous nous mettons à parler, et cette fois, je persiste. Elle était belle à ce point. Nous nous posons quelques questions, puis nous nous mettons à parler de météo, de nos villes natales, du fait que je désire apprendre le japonais, et ainsi de suite. Conversation normale que l’on pourrait avoir entre deux amis, mais je peux voir l’effet que ma projection de mon état à l’aise (après avoir fait quelques approches j’étais vraiment à l’aise, belle voix grave, bon contact visuel, pas de tics nerveux que j’ai pu déceler, langage corporel confortable, etc). Nous continuons à parler, puis elle m’offre son numéro. Évidemment le prétexte pour elle était qu’elle pourrait m’introduire à ses amis japonais pour que je puisse pratiquer cette langue. Nous verrons bien Je préfère la rencontrer ELLE, mais je n’ai pas encore décidé si je vais l’appeler!


Conclusions

Tout ce que je peux dire, c’est que les missions de Gunwitch fonctionnent. Même si je n’avais pas vraiment remarqué les effets en faisant mes 30 approches précédentes, maintenant que je remarque, dans des situations plus contrôlées et plus calmes, les réactions de mes cibles (sourires, rires, bon contact visuel, flattées par mes approches), l’effet est fulgurant pour moi. Je suis à l’aise, je projette un bon contact visuel et un bon langage corporel relaxe (je travaillerais l’état sexuel lui-même plus tard), et les femmes que j’approchent aiment me parler!

J’en suis entièrement convaincu, maintenant: ces missions vont vraiment me permettre de m’améliorer; elles sont claires et elles permettent de pratiquer une chose à la fois jusqu’à ce que ce soit ancré en soi. Ainsi, je ne me perds pas dans des dédales obscurs d’un millier d’obstacles qui viendraient me bloquer (comme en boîte de nuit, par exemple). Je peux voir l’effet de ce que j’essaie et comparer pour voir si ça fait vraiment une différence (aucune des approches que j’ai faites sur la rue, sur des cibles mouvantes, n’était aussi forte que ces dernières approches sur des solitaires fixes dans la librairie!). Je suis étonné moi-même par mon progrès, que j’ai acquis non seulement grâce aux missions mais grâce au travail interne que je fais depuis le début de l’année. Merci à mon calepin, aussi, auquel je me réfère souvent afin de ne pas sombrer dans les mêmes pièges qu’avant!

Je suis aussi convaincu à 100% maintenant que cette manière de faire de la drague est beaucoup plus efficace que tout autre chose qui est enseignée. Pourquoi m’évertuer à approcher des cibles mouvantes, ou d’approcher dans des discothèques, ou d’approcher des groupes? J’ai mieux à faire! Je préfère minimiser les variables chaotiques le plus possible et d’influencer une femme, un-à-un, c’est bien plus amusant et bien plus plaisant! Je n’arrive pas à croire que personne d’autre n’enseigne ces choses. Je n’arrive pas à croire que certains débattent encore les mérites du Direct vs Indirect. Bah! Ce que je fais est chose totalement autre. Utiliser des bonnes logistiques avec des bons principes d’influence.

Je vois enfin un futur brilliant.. Je suis excité par ces progrès récents!

0 Comments

Solution possible au problème d’approche

Voilà, c’est la fin de mon gros hiatus. Je me sens bien et reposé, il fait beau et chaud (même à Londres) et il y a des belles filles partout! Le plus important quand même c’est que je suis motivé à nouveau. Je suppose que j’avais besoin d’une pause après tout, et qu’il ne me servait à rien de me pousser pour rien si je m’en foutais. Mais soudain il y a quelques jours, j’ai effacé ma partition Windows – donc plus de Civilization IV, plus de divertissement de ce côté.

Donc, je sors rencontrer mon nouveau wing, Ice Kool (je l’ai déjà mentionné
dans mon FR précédent), et après un petit peu de conversation nous nous mettons au travail. Moi, ayant connaissance de mes problèmes reliés à l’approche, je me mets au travail du côté mental pour les surmonter (j’y travaille, et je cherche vraiment à trouver ce qui se passe vraiment afin de régler le problème une fois pour toutes – pas seulement pour moi, mais pour tous ceux qui auraient des problèmes similaires).

Vu que les approches elles-mêmes n’étaient pas si spectaculaires, je vais seulement les survoler rapidement avant de parler à propos du petit graphique ci-dessous.

Les approches


  • Cloches d’église qui n’arrêtent pas de sonner. Je demande à une fille si elle sait pourquoi, elle dit qu’elle voyage et n’a aucune idée. Elle s’éjecte parce que j’hésite un peu trop avant de dire quoique ce soit de plus.

  • Une asiatique qui est penchée sur la balustrade en train de regarder un spectacle de l’Armée de Jésus. Je lui demande si elle en a déjà entendu parler, mais elle parle à peine anglais. Son copain ou son frère m’ignore même quand elle lui demande de traduire. Tant pis.

  • Un groupe de filles orientales, chacune avec une couronne de fleur. Je leur demande pourquoi elles portent ça, et nous parlons un peu du mariage qui s’en vient et où elles iront pour la lune de miel. Rien d’utile, un groupe, pas de mes affaires, elles sont trop distraites par toutes sortes de choses autour d’elles. Trop chaotiques. Je passe à autre chose.

  • Marié et divorcé: bon je n’aime pas ce genre de tactiques qui sortent de RSD et de Mystery, mais ça m’est juste passé par la tête comme ça. J’approche une fille qui distribue des pamphlets, je lui parle un peu puis je lui annonce que c’est fini entre nous, et Ice Kool aussitôt commence avec la routine du mariage. Bon une fois que nous sommes mariés il s’éloigne un peu et moi et la fille nous mettons à nous parler normalement. Ça allait bien jusqu’à ce que son amie/collègue nous rejoigne. Je m’en foutais quand même et je n’ai pas voulu aller plus loin. Mon but est d’apprendre à approcher.

  • Dans un parc, je marche et rejoins une femme qui semblait seule (mais qui était là avec son copain haha). Je lui demande « wow c’est assez calme ici non? ». Elle rit sans rien dire. Parfait. Soumission. Mais je ne continue pas car je remarque l’autre

  • Dans une libraire, une belle petite asiatique se trouve dans la section « self-help ». Je flotte près d’elle, puis je remarque qu’elle ramasse le livre « Women Who Think Too Much » (Ces femmes qui pensent trop). Je lui demande si elle est une femme qui pense trop, et si c’est pour ça que le livre a attiré son attention. Elle rit sans pouvoir se contrôler, moi je bloque un peu puis elle se sauve littéralement en quittant la libraire LOL.


Conclusion: Ça devient plus facile. En fait, à en juger par les réactions des deux dernières, ma projection de virilité et mon calme s’est beaucoup amélioré. Probablement car je me suis reposé et que je suis moins frustré qu’avant. Ce rire est un signe de soumission, ce n’est pas un rire dérisoire. Elles ne savent tout simplement pas comment réagir car effectivement ce genre d’approche calme et confiante arrive rarement (avis à tous ceux qui croient que le « game » est trop répandu ou que les femmes se font approcher tout le temps! FAUX! Notez que j’habites à Londres en Grande-Bretagne, une ville où il y a sans cesse des séminaires de séduction..)

Même si je n’ai persisté sur rien, au moins c’était du bon feedback pour moi. Ceci dit, voilà mes 30 approches de la
première mission flottante de La Voie de Gun terminées (je posterai les 24 autres approches ultérieurement).

Processus mentaux



Maintenant, quelle différence? J’ai pris beaucoup de notes depuis le début de l’année afin de mettre la lumière sur mes processus mentaux et d’élucider le mystère de mes difficultés face à l’approche. J’ai écrit des dizaines de pages en fait (en ayant sur mon un calepin presque à chaque fois que je sortais, je pouvais écrire sur le moment mes réflexions avant de les oublier – avant d’y réfléchir – ainsi je prenais en note mes vrais sentiments et non ce que je CROYAIS être mes sentiments). J’imagine que je peux aussi écrire, plus tard, plusieurs de ces réflexions qui m’ont aidé à découvrir plusieurs de mes problèmes qui faisaient en sorte que je me retenais plutôt que de m’épanouir.

Mais pour l’instant, ce que je retiens c’est que malgré avoir éclairé ces divers problèmes, malgré en avoir surmonté plusieurs, j’avais encore de la difficulté. Jusqu’à ce qu’en revoyant plusieurs de mes notes, plusieurs de mes propres field reports et autres messages sur divers forums, un thème central en est ressorti:



Petit graphique simple qui en dit long. Il y a toujours ce point, ce moment précis où l’on décide soit d’approcher, soit de ne pas approcher. Et ça arrive en un clin d’oeil, et souvent on ne s’en rend même pas compte. Voilà pourquoi je tenais un journal. Je voulais devenir introspectif (sans devenir un reclus) afin de découvrir pourquoi parfois j’approche sans problème (revoyez HB Programmer) et pourquoi parfois aussi fort que je ne le désire, je ne bouge pas.

Car voilà, quelque part au fond de moi à un certain moment, je décide de ne pas le faire à cause de _________ (insérez n’importe quelle excuse stupide ici). C’est simple à ce point, mais c’est quelque chose de
fort! Ce moment précis pourrait même être avant même que je ne sorte de chez moi (comme quand j’essayais d’aller draguer alors que ça ne me tentait pas du tout; consciemment je croyais le vouloir, alors qu’au fond de moi je préférais faire autre chose et je n’étais pas motivéWinking, ou bien ça pourrait être lorsque j’étais juste en avant d’elle que je décidais soudainement « tant pis, ça ne vaut pas la peine » ou bien « ahh elle m’a vu je ne peux plus l’approcher! » (oui, stupide haha!).

Le déclic


Donc, une fois ceci découvert, il ne me restait simplement qu’à « intercepter » ce moment et, en utilisant ma volonté et ma motivation ( »elle est hot! » ou bien « je vais le faire même si c’est pas parfait car ça m’enseigne quelque chose » – encore pas des pensées concrètes, mais des émotions ou impressions qui se font en un clin d’oeil) et de me fixer sur le OUI. Et puis pour clouer le tout, agir rapidement avant que je ne puisse changer d’idée!

Ce fut donc le déclic qui m’a permis d’approcher à chaque fois que je l’ai fait. Ne reste que je n’ai pas encore réussi à « intercepter » cette décision de manière consistante. Je m’imagine encore que la volonté est la seule manière d’y arriver. Et aussitôt que je fais des progrès la-dessus, ce sera écrit ici bien entendu!

N’hésitez pas à commentez sur cette « méthode », avec des suggestions ou des questions.

0 Comments

L’inertie

Voici un concept que j’ai développé dans les dernières années, qui m’a beaucoup aidé avec mon Inner Game et les logistiques.

L’inertie: (physique) la tendance qu’a un objet de conserver son état de repos ou de mouvement sauf si on y applique une force externe.

J’ai compris ceci très tôt en l’appliquant au PU, en 2002 lorsque j’ai commencé mon développement. En utilisant le « Blonde hair opener » (wow, c’est vieux ça!) j’arrivais à arrêter des filles qui marchaient, en direction opposée, très facilement.

C’est aussi pourquoi, plus tard, je n’arrivais plus à les faire arrêter, car j’avais oublié l’inertie.

Car c’est très simple, et on le voit partout à chaque jour: une personne qui marche vers sa destination ne s’arrêtera pas pour parler à un étranger sauf si une « force » suffisante est utilisée, assez tôt. Ainsi donc, la mission de débutant qui consiste à dire « bonjour! » à des étrangers, en public, fonctionnera mieux si le débutant le dit lorsque l’autre personne est à quelques mètres devant lui, en lui donnant un bon contact visuel et même peut-être un certain geste pour attirer son attention. Si le « bonjour! » est trop faible, ou trop tard, alors l’étranger ne répondra pas, n’ayant pas le temps de réaliser qu’on s’adressait à lui avant qu’il ne soit trop tard pour répondre.
Logistiquement, ce n’est pas une situation idéale (une fille qui marche en direction opposée), mais s’il faut le faire, il faut le faire!

Côté Inner Game, j’ai remarqué que moi-même je souffre d’inertie. Souvent, j’hésite, voire même refuse d’approcher une fille car cela nécessiterait un changement dans ma trajectoire, direction, vitesse, même parfois carrément tourner 180 degrés afin de suivre la fille; entrer dans un magasin ou resto; etc etc etc.

Ridicule! Oui, certes, mais c’est ce que j’ai remarqué en moi-même. Ma propre inertie qui m’empêchait de changer mon plan afin d’aller parler à une fille.

Ayant réalisé ceci, et ayant réduit beaucoup mes blocages mentaux grâce aux petites volontés, ce problème devient de plus en plus facile à combattre. Chose étrange: après avoir passé quelques années sans nervosité face aux approches (c’est drôle comment le cerveau fonctionne: vu que les approches me rendaient nerveux, je décidais inconsciemment de ne pas approcher, et voilà! Aucune anxiétéWinking, je me suis mis à ressentir cette anxiété lorsque j’utilise ma volonté pour m’arrêter et changer ma trajectoire et marcher vers une fille.

Heureusement, la nervosité est facile à combattre, il y a tellement d’articles et de trucs à ce suject sur mASF et d’autres sites (
voir mon FR du truc $$$$).

Pour aller un peu plus loin, l’inertie parfois me prévient aussi d’approcher une fille parce que j’ai un autre plan en tête (ex: « je m’en vais à la banque, je peux faire du PU après! » « J’ai faim, je ferai du PU après! »Winking. Encore une fois, la volonté peut briser ce cercle vicieux et créer des nouvelles habitudes.

Alors voilà donc le concept de l’inertie. En logistiques, se souvenir de l’inertie facilite l’approche de filles qui marchent en direction opposée (en gardant en tête qu’il y a des meilleures situations plus favorables au PU), et en Inner Game, utiliser sa volonté pour combattre son inertie interne.

0 Comments

Le truc $$

La semaine passée, étant donné mon succès avec les petites volontés me permettant enfin d’outre-passer mes blocages et de ressentir de l’anxiété face aux approches, je me suis décidé a essayer un vieux truc qui n’a jamais fonctionné pour moi. Et cette fois, ça a fonctionné!

Cette fois, j’ai donné à mon wingman une somme de £100, en lui disant de m’en redonner £10 pour chaque approche simple que je fais. Mon but était simplement d’approcher des filles en leur demandant leur numéro de téléphone. Rien de plus. Aucune conversation, juste l’approche.

Après environ 2 heures sans succès (quoique intérieurement je ressentais de plus en plus de nervosité, ce qui est une bonne chose!), je devenais de plus en plus frustré (encore, bonne chose!) car après tout, il ne me restait que 2 heures avant le retour à la maison… Cette frustration m’a donc poussé à commencer à approcher!
Merveille de merveilles. En moins de 2 heures j’ai fait 10 approches – un simple « Je n’ai pas grand temps, mais donne-moi ton # pour que je puisse t’appeler plus tard ».

Un genre d’opener que je n’ai jamais utilisé avant. C’est rafraichissant (non ce n’est pas du Direct Game, seulement un exercice pour m’habituer à approcher sans anxiété – ce qui n’est pas encore accompli – et sans tourner en rond, avec des approches pour demander son chemin ou quoique ce soit comme ça).

Donc mes blocages deviennent de plus en plus faibles, bien qu’ils soient encore présents.

Chose mystérieuse et inattendue: aucune des 10 filles que j’ai approchées ne m’ont donné leur numéro! Ce n’était pas le but, bien sûr, seulement un détail auquel je ne m’attendais pas. Peut-être trop de nervosité, ou trop prudent sur l’approche, ou je ne sais quoi. Mais bon, pas un gros problème. J’ai encore 20 autres approches de ce type à exécuter, je vais certainement m’améliorer.

0 Comments

Petites volontés vs blocage

Salut les gars,

Voici une petite sortie d’hier après-midi. Il y a plusieurs mois que je suis dans une relation, et donc je suis assez rouillé. Mais bon, elle est très bonne fille, japonaise (J’ADORE!!!!!!!!), et prends soin de moi (awwwww).

Enfin, rouillé, sans emplois, je sors presque chaque jour depuis 2 semaines pour me remettre en forme. Au début, je rencontre mon vieil ennemi, le BLOCAGE.
Mais c’est quoi au juste, le blocage?

Le blocage est très très très subtil. La plupart du temps, quelqu’un affecté par le blocage ne s’en rend même pas compte. En bref, il sort de chez lui, préparé à rencontrer des filles, préparé à sarger! Puis il en voit, le temps passe, et il revient chez lui, n’ayant rien accomplit. Et ce n’est pas tout… Il ne se souvient même pas pourquoi – il n’a aucun souvenir de ces émotions ou de son monologue interne lorsqu’il voyait des filles qu’il voulait approcher.. Un blocage mental!

Il y a trop de causes pour ce genre de blocage. À la base, ce qui se passe, c’est que je bloque moi-même, sans le savoir, mon désir et mes émotions, parce que par le passé j’ai eu beaucoup de difficulté à approcher. En fait, à cause que la frustration de ne pas approcher est trop grande, c’est presque comme si je prenais inconsciemment la décision de ne pas approcher!

Donc, décision de ne pas approcher -> désirs et émotions à propos des approches bloqués -> aucune frustration!

Ouf, comment démêler?

Relaxation, premièrement. Au moins, j’ai très peu de problèmes ici. Mais je dois aller au-delà. Relaxer mon corps et mon esprit, oui, et aussi, me rappeler que je ne suis pas pressé. Mon but est la maîtrise, pas de gagner à chaque fois. Comme des sportifs, ils ne réussissent pas chaque coup… Michael Jordan, Tiger Woods, sont devenus meilleur en pratiquant leurs coups, et non en essayant de gagner à chaque fois.

Alors mon but n’est pas, pour le moment, de réussir à coucher avec une fille, ni même d’avoir une conversation. Simplement me réhabituer à approcher, et même aller plus loin, m’habituer à approcher automatiquement, sans hésitation. Relaxe, ockwick!

Alors voilà. Je sors. Je vois des filles, et je relaxe mon corps et mon esprit. Je laisse mon désir sexuel se manifester en moi, je ne le réprime pas comme je faisais toujours étant adolescent (ça, c’est tout une autre histoire!). Parfois je marmonne même « oh oui » « oh yeah elle est HOT! ». Je m’en fous si quelqu’un m’entends. _JE_ suis la star de ma vie, ils/elles ne sont que des figurants. De toute manière, ils/elles sont trop gênés par leur propre conditionnement social pour me dire de me taire ou me donner des regards – je retourne calmement leur regards et ils se soumettent à ma volonté.

Alors voilà, je ressens mes désirs. Parfait. J’ai appris au cours des dernières années à vraiment écouter mon corps, dans toutes sortes de domaines – parfois j’arrive à prédire avant même d’avoir des symptômes, que j’ai une grippe ou une bronchite. Ici c’est plus complexe… Toute notre vie, nous sommes bombardés d’images de ce qui est considéré attrayant, une femme désirable.. Mais chaque personne a ses propres désirs. Je réagis plus envers certaines filles qu’envers d’autres, et je m’en fous de ce qu’Hollywood me dit que je devrait trouver désirable.

Pour moi, c’est lest asiatiques. Et parfois les européennes de l’Est.. Chanceux que je suis, à Londres c’est bourré de ces deux types
Winking

Ou en étais-je? Ah oui, voilà. Je ressens mes désirs, et il y a des tas de filles que je trouve attirantes. Maintenant, il est temps d’approcher!

oops! Encore trop rouillé, j’hésite, j’hésite, je tourne en rond, les heures passent, et rien. Alors je me souviens de l’idée des « small wills » ou petites volontés. C’est tout simplement l’idée que parfois, avoir assez de volonté pour accomplir une tâche est très difficile, alors il est mieux de briser cette tâche en sous-tâches, et d’appliquer sa volonté sur chaque tâche, une à la fois.

Par exemple: « approcher cette fille et lui dire bonjour, je n’ai pas grand temps, donne-moi ton numéro et on se parle plus tard! » Une approche simple, pour m’habituer tout simplement à le faire sans hésitation. Je m’en fous si ça fonctionne ou pas, si son numéro est vrai ou non, le but est tout simplement d’approcher.

Par contre, la tâche s’avère trop difficile, alors je la brise en sous-tâches:

  1. « ah, en voilà une bonne. Ok relaxe, vide tes pensées »

  2. « garde ton focus sur elle, et fais un pas vers elle »

  3. « ok, un autre pas, et un autre, et un autre. allez, continue! »

  4. « approche-toi d’elle »

  5. « regarde-là et dis « hi! »  »

  6. « elle répond, parfait, maintenant demande lui son numéro »


Donc, je commence. Au début, même le #1 est difficile! Heureusement, je pratique le yoga depuis que j’ai 12 ans, alors je me souviens de diverses techniques pour calmer mon esprit et le vider. Ça fonctionne. À ce point-ci, le blocage était presque revenu, je ne ressentais plus rien. Mes émotions, mes désirs reviennent, et je continue à exercer ma volonté.

#2 est très aisé pour moi. Je fais un pas. ooooooh! Je ressens de la trépidation! PARFAIT!!! Ici je m’interrompt, car je suis trop heureux d’avoir ressenti un peu d’anxiété, chose rare pour quelqu’un qui a souffert de beaucoup de blocage.

Alors je continue.. 2… 3… je fais des pas, je change ma trajectoire de marche lorsque les filles se déplacent, je fais du contact visuel, et finalement après 1-2 heures j’arrive jusqu’au #5! Mes premiers « hi! » sont faibles et inaudibles, mais je persiste. À chaque fois, ça devient de plus en plus facile..

Et puis finalement, dans une épicerie, je vois une belle japonaise, je m’approche d’elle, elle me jette un coup d’oeil rapide et je comence à parler avec elle. Elle s’éloigne de moi avant même que je finisse ma première phrase hahahaha! VICTOIRE!!!!

Je continuerai à exercer ma volonté durant les prochains jours. Chaque tâche devrait devenir de plus en plus facile à chaque fois, et bientôt l’approche sera facile! Et ce post était beaucoup plus long que j’avais prévu!

0 Comments